Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 22:33

Les derniers évènements qui viennent de secouer le Modem étaient bien prévisibles et inéluctables avec les perspectives des prochaines élections sénatoriales. Toujours étiquetés UDF et malgré des critiques  de plus en plus pressantes de certains sur les orientations de François BAYROU, les sénateurs centristes étaient plus ou moins restés dans le giron du Modem.

 

Pratiquement tous élus sur des listes d’union entre l’UMP et l’UDF, le premier à quitter le navire, il y a quelques mois, fût Michel Mercier, Président de la fédération de Rhône–Alpes et trésorier du Modem/UDF lors des municipales de Lyon. Dernièrement, Jean Arthuis, Président de la Commission des Finances du Sénat prenait le relais en dénonçant la dérive « sectaire » du Modem et de son Président et demandant une réactivation de l’UDF et un choix clair sur les alliances. Fidèle à son orientation d’indépendance totale François BAYROU ne pouvait donc ne pas réagir en saisissant l’occasion de « clarifier » la situation vis-à-vis des derniers trublions selon lui téléguidés par l’Elysées et qui osaient encore se confronter à lui au sein du Modem.

 

Face à cette situation délicate qu’il a lui-même provoquée, François BAYROU se pose en victime d’un complot généralisé et en appelle aux militants. Cette posture, dans laquelle il excelle, je l’avais prédit dans un article précédent après sa défaite aux municipales de Pau. En effet, pour le moment, chef d’un mouvement pas encore structuré, Bayrou n’a pas d’autre choix que de dénoncer les « manoeuvres obscures » , de se replier sur son dernier carré, celui des militants qui sont arrivés lors des présidentielles et toujours séduits par le « ni gauche ni droite » et enfin espérer ensuite rebondir lors des prochaines élections qui lui seront un peu plus favorables (régionales et européennes) car à la proportionnelle.

 

Cette posture, je continue à la trouver suicidaire. Il faut être naïf, et FB ne l’est pas, pour croire que l’UMP ainsi que le Président lui feront le moindre cadeau. On ne peut s’afficher comme un opposant déterminé et espérer la moindre faveur. C’est la règle inéluctable et logique en politique. Il en sera de même de la part des centristes qui ne s’y retrouvent plus dans les choix électoraux du Modem. Ces derniers, aujourd’hui éparpillés dans le Nouveau Centre et autres associations de centre-droit, seront amenés à se regrouper s’ils veulent exister. Pour ma part, bien que pour l’instant toujours non encarté, j’y suis favorable.

 

L’espoir de FB pour arriver à ses fins pour 2012 reste donc le même, celui que j’ai décrit dans mon courrier adressé aux instance de l’UDF il y a maintenant 9 mois :

- l’échec de la politique gouvernemental et des réformes

- l’éclatement du parti socialiste

Avouez, que cela fait beaucoup d’aléas.

 

Et puis l’évolution dans les pays européens et dernièrement les dernières élections italiennes devraient le faire réfléchir car ce fût la confirmation du bi-partisme entre le parti de Berlusconi et le Parti Démocrate. Les 3 autres se partageant les miettes. Il reste cinq partis en Italie au lieu de 35 précédemment ! Et puis, au final, bien que dénonçant ce bi-partisme, FB veut le reconstruire. On ne l’appellera plus droite/gauche mais conservateur/démocrate, car le fondement de la démocratie, c’est d’avoir une majorité et une opposition. Ce n’est pas cela qu’il faut changer mais les rapports et la façon de travailler entre ces deux pôles.

 

Nul doute que lors du prochain Conseil National et de la consultation des militants pour « clarifier définitivement » la situation, François BAYROU obtiendra une majorité écrasante et confortera son leadership. Mais à quel prix et pour quel avenir en dehors du sien ? De plus, je ne suis pas sûr que les militants restants soient les plus enclins à se soumettre aux impératifs d’un parti. Nous le verrons  je le pense, lors de la création prochaine des instances départementales.


Les soubresauts au sein du Modem ne sont pas hélas terminés et au fond, les français s'en soucient-ils?  A l'heure de leurs difficultés quotidiennes ou des enjeux énormes qui se jouent dans le monde comme celui de la faim, du terrorisme ou de l'environnement, convoquer une conférence de presse "importante" (sic) pour finalement parler de soi et cuisine politique, a quelquechose de décalé. Alors, BAYROU le dernier des mohicans ?

 

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 13:24
Lors de l'émission TV5/Le Monde/le Parisien de ce dimanche, et en réponse au fait que Jean Arthuis quittait le Modem, François BAYROU a répondu que " l'UDF était en fait morte en 2002 quand la majorité de ses élus étaient partis vers l'UMP".....
 
Donc, si je comprends bien, depuis 2002 j'ai été pendant quelques années, Délégué Départemental et adhérent d'un parti mort, sous l'autorité d'un président d'un parti mort avec des militants qui agissaient au sein d'un parti mort, ça fait plaisir à entendre !!
 
On se demande vraiment pourquoi nous avons été solidaires de la démarche de François BAYROU pour maintenir artificiellement en vie un parti cliniquement mort, pourquoi nous avons fait campagne pour avoir des élus régionaux (avec  une très belle campagne en Seine et Marne) , pourquoi nous avons milité pour le OUI au référendum sur l'Europe, pourquoi nous avons fait de l'UDF un parti libre au Congrès de Lyon puiqu'il était mort, enfin pourquoi l'UDF et ses militants ont été les piliers de sa campagne présidentielle...
 
J'ai déjà dit que j'étais déçu des orientations de François BAYROU après sa belle campagne des présidentielles..
 
Là je suis vraiment furieux d'avoir été pris pour un GOGO !!
Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 20:52

Avec moins de 4% des voix au niveau national, le Modem a réussi un tour de force: il peine à émerger dans le paysage politique tout en étant le plus courtisé pour ce deuxième tour. On se croirait revenu 9 mois en arrière entre les deux tours des présidentielles. 

Pour ce qui est de son score national, il était prévisible. Il a été adouci par certains bons résultats locaux dûs principalement à d'anciens UDF implantés depuis longtemps dans leur commune. Il faut reconnaître que ces élections municipales ont été préparées dans la précipitation pour les nouveaux venus,  dans un  mouvement en création ce qui n' était guère favorable. Au delà de ce constat, les choix politiques du Modem restent incompréhensibles voire nébuleux pour nombre d’électeurs.

 

La politique a et aura toujours les mêmes logiques, surtout lors des élections... François Bayrou qui condamne le système gauche/ droite ne peut que faire rallier ses candidats à des listes de gauche ou à droite s'il veut avoir des élus car le système électoral l'impose. C’est crucial pour un mouvement politique ne serait que pour être performant aux élections suivantes. Donc sauf à changer le mode électoral....

 

Il ne pourra jouer l'indépendance totale que lors des prochaines européennes et dans une moindre mesure lors des régionales. Pour ces dernières, tout dépendra de son score du moment et de la possibilité de se maintenir ou de fusionner ses listes lors du 2ème tour... Assistera-t-on de nouveau à la même tactique des ralliements: un coup à gauche, un coup à droite suivant les régions ? L’électeur risque de se lasser et cela implique la nécessité de faire un excellent score faute de quoi, le Modem risque de se faire « renvoyer dans les cordes » par l’UMP ou le PS comme l'a été  Marielle de Sarnez à Paris.

 

Dans sa course avec le PS au meilleur opposant à Nicolas Sarkozy et à la politique gouvernementale, et à la vue des accords passés lors de ces municipales pour le 2ème tour, le Modem penche dorénavant  plus à gauche qu’à droite. Là encore une volonté évidemment tactique et politique dans le choix des alliances et le dosage des villes même si on en profite pour régler quelques comptes personnels nationaux ou locaux. L’histoire du choix d’une liste en fonction des projets locaux est une vaste rigolade pour ceux qui connaissent un peu les appareils politiques et le Modem n’y échappe pas. En vue des présidentielles de 2012, il sait très bien que pour gagner il devra compter sur une division du PS. François Hollande et Bertrand Delanoé, en fins politiques, ont d’ailleurs bien senti le danger en privilégiant leurs accords traditionnels. A cet égard le congrès du PS risque d’être mouvementé quant à la stratégie des alliances. Sera–t-elle éclaircie ? François Bayrou en aura besoin.

 

Le drame actuel de François Bayrou c'est que l'on ne l'entend que dans le cadre des tripatouillages électoraux alors que c'est justement cela qu'il veut dénoncer. Aujourd'hui, il est très convoité mais dès dimanche il risque de disparaître pour quelques temps des lumières de la scène politique et des médias surtout s'il est battu à Pau (ce que je ne souhaite pas même s'il fait tout pour) : plutôt se sacrifier que de paraître céder aux appareils. En digne béarnais cela a un certain panache, mais il ne lui restera plus alors que la possibilité de jouer les victimes, ce qu'il aime,  en dénonçant le clivage gauche/droite jusqu’aux prochaines élections. Le problème, c’est qu’une telle attitude, en l’absence de projet,  n'est jamais mobilisatrice très longtemps pour les militants et les électeurs.

 

La situation croyez moi ça ne me fait pas spécialement plaisir car c'est mon ancienne famille politique. Hélas sa stratégie présidentielle très "personnelle" dans laquelle il entraîne le Modem n'est pas compatible avec l'évolution normale et sereine d'un mouvement politique. Elle vient pour l’instant me conforter dans ma décision de ne pas m’impliquer dans ce mouvement.

 

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 15:44

Dans une interview de ce jour, François Bayrou déplore la "présidence de complaisance" incarnée à ses yeux par Nicolas Sarkozy tant sur le plan diplomatique que par ses relations avec de très gros intérêts économiques. Il en appelle à une France en situation de résistance pour défendre un modèle face aux puissances de la planète et fait référence à Jacques Chirac "qui a su tenir le drapeau de la France à la hauteur". 

Je crois rêver !!
Parle-t-il en son nom ou au nom du Modem parmi lequel de nombreux anciens adhérents de l'UDF qui n'ont pas oublié la ligne de politique étrangère de celle-ci depuis de nombreuses années ?

J'aimerais d'abord que François Bayrou m'explique  clairement ce que c'est d'être une France en résistance à l'heure de l'Europe, de la mondialisation et d'internet.

Je crois que sa volonté d'apparaître comme le premier opposant à Nicolas Sarkozy dans sa course face au PS pour 2012 lui fait renier les idées et l'histoire de sa première famille politique, l'UDF, celle de Jean Lecanuet (dont l'altantisme n'était pas à démontrer), celle de Valéry Giscard D'Estaing et de Raymond Barre. 

En dehors de sa position sur l'Irak, et il faut bien sûr lui en être reconnaissant, je ne vois pas ce que Jacques Chirac a apporté à la France, en dehors de son immobilisme tant en politique intérieure qu'extérieure dont la pire des conséquences fut l'échec de la Constitution Européenne en 2005...Mais croyait-il vraiment à l'Europe et au texte qu'il soumettait aux français ?... Et que dire de sa politique africaine de complaisance pour les régimes corrompus issus des années 60... Quand à l'émergence de la Chine , de l'Inde et des pays d'Amérique du Sud, il est resté sur le quai de la gare à voir passer le train de la mondialisation et nos entreprises avec...

Au cours de la dernière semaine, François Bayrou a eu raison de souligner son inquiétude à propos des paroles de Nicolas Sarkozy sur le rôle des religions et sa notion de "laïcité positive". En matière de politique étrangère, je crois qu'il a tort et je regrette, sur ce thème, son reniement au niveau des idées et ses prises de positions systématiquement négatives dont on sent bien qu'elles sont dictées par la tactique politique. 

Alors, cette rupture là, je l'approuve. Dans le monde actuel, entre naïveté et pragmatisme, je n'hésite pas.

 

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 22:14

Avec la création du Modem, Bayrou a entamé sa longue marche vers 2012. Il a ce dont il rêvait depuis longtemps, et ne s’en cache pas, « son » parti entièrement dévoué à sa personne, à ses idées, à ses ambitions et qu’il pourra contrôler. 


Pour s'en convaincre, il suffit de voir  la façon dont  il n’a laissé le soin à personne de mener les débats pour répondre aux demandes d’amendements en vue de l’adoption définitive des statuts. Je ne suis pas sûr que certains nouveaux militants apprécient au fil de l’expérience, surtout quand on note la quasi totalité d’ex-UDF dans le Comité Exécutif, lequel décide en fait de tout. Démocratie, démocratie… Il n’y a guère de différence par rapport au fonctionnement de l’UDF. L’hypocrisie est de vouloir le faire croire. Mais pouvait-il en être autrement ?

Enfin, je n’ai pas apprécié « cette langue de bois » sur le désintéressement des politiques qui composent cet exécutif. Pour bien connaître "le système", j’ai failli en rire. Il n’y a pas de honte à avoir de l’ambition, il faut l’assumer, simplement.

 

Pour autant, le Congrès fondateur du Modem a été indéniablement un succès militant et dans son discours de clôture François BAYROU a su, comme d’habitude, trouver les mots qui fédèrent les oppositions diverses que constitue le Modem.

Clin d’œil aux gaullistes en parlant de « résistance » face à « l’américanisation » du pouvoir et en faisant référence au lâchage en 1951 de ses députés, élus sur son nom.

Clin d’œil aux socialistes et à la gauche en dénonçant le pouvoir et son rapport avec « l’argent ».

Clin d’œil aux écologistes avec la définition d’une croissance « durable »

Clin d’œil à son électorat historique en valorisant l’Europe, seule entité à pouvoir nous défendre dans l’univers sauvage de la mondialisation ou en défendant les valeurs traditionnelle de notre civilisation chrétienne comme le repos dominical.

 

De son discours, je partage ses remarques sur l’équilibre nécessaire des institutions, la responsabilité individuelle au service de la responsabilité collective, le recours perpétuel à l’état providence, un meilleur équilibre entre le revenu du capital et le revenu salarial et enfin sur l’Europe.  On peut reprocher au pouvoir un certain nombre d’erreurs, mais je commence à me lasser de la dénonciation du pouvoir médiatique, d’un brin de caricature du président et son américanisme, comme je me lasse également de cette dénonciation exagérée de l’argent. Attention, les français commencent à être plus pragmatiques qu’on ne le croit. Être agrégé de Lettres et issu de la France traditionnelle n’autorise pas de s’ériger en donneur de leçons perpétuel.

 

Est-ce que tout cela fait une ligne politique claire aux yeux des français ? C’est à mon avis le grand défi de François BAYROU.

 

Dans l’immédiat avec les municipales et les cantonales qui s’avèrent difficiles, il vaudra convaincre les électeurs que l’on peut avoir des alliances à géométrie variable et que ces alliances ne soient pas ressenties comme de la pure politique « politicienne ». Il faut également savoir que les élus municipaux conditionnent principalement l’élection des sénateurs. Si les résultas sont très mauvais, il n’est pas certain que ceux qui sont restés fidèles au Modem le restent très longtemps s’ils veulent se faire réélire.
 

A moyen terme, le Modem devra établir un vrai projet pour 2012 en conciliant la diversité de ses militants mais aussi avec l’évolution du paysage politique que Nicolas SARKOZY a profondément transformé par son élection et son « ouverture ». Il lui faudra pour le moins patienter jusqu’aux élections européennes et régionales en 2009 qui sont basées sur la proportionnelle et qui sera susceptible de lui « redonner un peu d’air » et d'assise électorale. Pour son projet politique, il lui faudra effacer quelques contradictions apparues dans le discours de François BAYROU, par exemple en faisant en même temps l’éloge de la responsabilité individuelle ou la dénonciation du recours perpétuel à l’Etat et les références  à un économiste de gauche Thomas PIKETTI qui a participé au programme économique du PS dont il a dénoncé l’irréalisme durant la compagne électorale. Le Modem devra aussi intégrer les conséquences des réformes qui ne manqueront pas d'avoir lieu d'ici 2012 et l'évolution de la société qui est souvent plus en avance que les politiques.

 

François BAYROU continue de dénoncer l’archaïsme du traditionnel « gauche/droite » actuel. Il a raison. Mais si sa démarche aboutit, la bipolarisation de la classe politique réapparaitra sous une autre forme. Cela ne s’appellera plus « gauche/droite », mais « parti démocrate ou social-démocrate » face à un parti « libéral ou républicain ou conservateur », je laisse le choix de la dénomination. Ce dernier a et aura un leader en la personne de Nicolas SARKOZY. Face à lui la course est engagée désormais entre le parti socialiste et François BAYROU, ce dernier possédant pour l'instant une longueur d’avance vu l’état de délabrement du PS et les luttes intestines qui s’y poursuivent. Mais attention, le PS a une histoire et des élus locaux solidement implantés.

 

En conclusion, François BAYROU  et le Modem tablent sur le long terme et l’horizon 2012. Je considère que la réussite de FB passe par le fait qu’il devienne aux yeux des français le dirigeant capable de s’opposer et d’être une alternative à Nicolas SARKOZY. C’est conditionné par  la déception d’une partie des électeurs du président et de son échec, mais surtout par l’éclatement du parti socialiste. Cela fait beaucoup de si….


En attendant, le monde bouge et  la France, les inquiétudes des français et les réformes ne peuvent attendre 2012.

 

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 16:10

Ma déception est aussi forte que mon engagement le fût auprès de François Bayrou durant ces dernières années.


Lui qui se dit un grand démocrate ne l’a guère été sur la façon de liquider l’UDF au profit du Modem : un Bureau Politique National bâclé et  un congrès de l’UDF qui le sera encore plus dans la mesure où il est jumelé avec celui du Modem (inscription commune) et avec probablement un vote à main levée.


Autre mesure surprenante : les investitures "Modem" pour les prochaines municipales ont déjà été données pour 41 villes de plus de 20 000 habitants conformément aux statuts de… l’UDF !! Certes, je comprends l’urgence de la situation mais cela va s'avérer plus délicat pour le reste des villes avec les nouveaux militants qui risquent de ne pas apprécier ce genre de mode de décision au sein d'un petit comité.

Sur le dossier des municipales, je suis interloqué. Un coup à droite, un coup à coup à gauche. Le Modem a intérêt à mettre son clignotant pour prévenir à chaque instant de quel côté il va tourner. C’est la 1ère fois après 30 ans de vie militante que je vois ce genre de position, unique dans les annales. Où est la ligne politique ? Où sont les idées ? Et qu’on ne vienne pas me dire que ce sont des élections locales et donc que ce n’est pas nécessaire ! 

Je citerai deux  exemples parmi d’autres.

En région Ile de France, n’est-il pas nécessaire d’avoir un positionnement politique estampillé "Modem" sur le Schéma Directeur de la Région ? Quand viendra la réforme de l’Etat et qu’il s’agira de débattre sur le fait de favoriser ou non le regroupement des communes vers l’intercommunalité ou du regroupement département / région, quel positionnement auront les élus Modem au sein de leur Conseil Municipal suivant qu’il sera de droite ou de gauche ? Et c'est encore plus vrai pour les élections cantonales.

François Bayrou vient d’annoncer sa candidature à Pau. Bien…Parallèlement, on apprend
que le Modem soutiendra probablement Alain Juppé et s'associera avec l’UMP à Bordeaux.
Tranquille à Pau et quelques cantons pour le Modem à Bordeaux?

Ailleurs, ça sera avec le PS comme par exemple à Dijon ou dans les agglomérations de lyonnaise ou lilloise. Opportunisme politique pour avoir coûte que coûte des élus? On est bien loin des grandes ambitions et des grands discours flamboyants sur "une nouvelle démocratie". La réalité politique se heurte toujours aux grands idéaux. Voilà qui devrait faire revenir sur terre quelques "bisounours" du Modem.

Je pense  que cette géométrie variable des soutiens et alliances risque de s’avérer désastreuse politiquement mais aussi en terme d’élus. Le risque est grand, car à vouloir préserver des issues en tous sens, on risque de mécontenter tout le monde. Je ne voulais pas croire au départ qu’il ne s’agissait, au travers du Modem, que d’une stratégie personnelle  pour les élections présidentielles de 2012. Je crains fort de m’être trompé, d’où mon immense déception et mon éloignement programmé. Je souhaite bon courage aux anciens adhérents de l'UDF et aux nouveaux "Modem".


Ayant reçu la lettre de FB pour les Congrès UDF/Modem, les projets de chartes et de statuts, j’en donnerai mon opinion prochainement dans d’autres écrits.

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 22:05

Corinne LEPAGE, Présidente de CAP21 et co-fondatrice du Modem avec François BAYROU et Jean-Luc BENHAMIAS (ex Verts) vient de céder à l’ouverture prônée par le Président de la République. A la demande de Jean-Louis BOORLO et suite au « Grenelle » de l’environnement, elle vient d’accepter une mission gouvernementale sur ce dossier. 

Après le PS, le Modem serait-il la  nouvelle cible de l’ouverture ? Mais après tout, François BAYROU n’avait-il pas envisagé s’il avait été élu de prendre les meilleurs quelle que soit leur origine politique ? Et en matière d’environnement la compétence de Corinne LEPAGE ne peut guère être mise en cause. 

A un mois de leur Congrès fondateur, les militants du Modem, surtout les nouveaux, jaloux de leur indépendance et peu enclins à toute compromission avec le pouvoir actuel, risquent de tousser un peu et doivent se dire «  A qui le tour ? »…

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article