Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:52

Cette guerre en Afghanistan dure depuis 2001 pour l’Occident. Suite aux évènements du 11 septembre Jacques Chirac et Lionel Jospin ont décidé de répondre à la demande de l’OTAN et d’envoyer les premiers éléments de notre armée  (700 hommes). A l’époque, personne ne s’était offusqué et surtout pas la gauche qui n’avait pas émis la moindre critique d’alignement sur les Etats-Unis.

Aujourd’hui avec la mort de 10 soldats lors d’une embuscade, la France  notamment les médias et les politiques semblent redécouvrir que nous sommes en guerre dans ce pays depuis maintenant 7 ans et que de nombreux soldats y ont laissé la vie. Le temps du drame passé, il me paraît indispensable, ne serait-ce que par respect pour ces morts au nom de la France, de remettre à plat les raisons, les objectifs et les conditions de notre engagement.

 

Tout d’abord les raisons. Celles qui touchent à la lutte contre le terrorisme international à travers l’obscurantisme de l’extrémisme islamique me paraissent justifiées. Comme est justifié le fait que ce secteur ne doit pas servir de lieu de formation et d’entraînement des « djihadistes » comme du temps des talibans. Celles qui consisteraient à vouloir imposer notre démocratie occidentale au nom de « la liberté » à des pays qui n’ont pas notre culture ni nos valeurs ne sont pas recevables. Nous ne sommes plus au temps des croisades. Ceci est le premier point qu’il me paraît indispensable de remettre en réflexion.

 

Ensuite les objectifs. Les Etats-Unis puis l’OTAN ont mis en place Hamid Karzaï avec l’objectif « d’afghaniser » le pouvoir, de sécuriser le pays, de mettre en place un minimum de démocratie et d’administration. Le bilan est-il positif ? Certainement pas.

Si un semblant d’élections libres a pu avoir lieu, si un embryon d’administration existe, si l’obscurantisme de la charia des talibans  s’est fait moins sentir notamment vis-à-vis des femmes, l’objectif final est un échec. Gouvernement et police corrompus, armée encore insuffisamment formée quand elle n’est pas infiltrée, justice aléatoire dont certain jugement sont toujours dignes des talibans alors que dans le même temps, les talibans ont étendu leur zone d’influence et se sont armés massivement ( la guérilla ne nécessite pas d’armes sophistiquées ) avec de l’argent issu de la drogue, le pavot étant redevenu une ressource nécessaire pour les paysans faute d’alternative agraire du gouvernement Karzaï.

Parallèlement, si la population a vu en général d’un bon œil sa libération du régime des talibans, depuis, la présence de soldats étrangers leur pèsent de plus en plus, le tout aggravé par des bavures dues à des erreurs de jugement dans des opérations villageoises ou par des bombardements aveugles de l’aviation américaine. Bref la situation militaire et administrative n’est pas brillante.

 

Enfin, les conditions de notre engagement. La Russie avec 160 000 hommes sur le terrain a échoué précédemment. L’ensemble des forces occidentales en présence aujourd’hui est d’environ 70 000 hommes dont 3 000 français. Il est donc illusoire dans les conditions actuelles de penser à une victoire militaire d’autant que les bases arrières talibans au Pakistan n’ont jamais fait l’objet d’une quelconque action militaire d’affaiblissement et on se demande pourquoi. De plus il semble que la coordination au sein des forces internationales en présence ne soit pas des meilleurs et les enquêtes en cours ou à venir seront bien nécessaires notamment à propos du support aérien et des conditions d’engagement des troupes sur le terrain. Dès lors une discussion sérieuse au sein de l’OTAN doit avoir lieu pour remettre à plat l’ensemble du dossier et celui de la région. Nicolas Sarkozy serait bien inspiré d’en être d’initiateur. Cela lui permettrait par ailleurs de paraître moins « suiviste » vis-à-vis des américains, critique majeure de l’opposition trop satisfaite de pouvoir utiliser ce drame.

 

Nous ne pouvons pas partir du jour au lendemain de l’Afghanistan. Ce serait un terrible aveu de faiblesse vis-à-vis du terrorisme islamiste. Je pense donc que la solution politique accompagnée militairement jusqu’au dénouement me paraît la seule viable. Elle n’a pas été suffisamment poussée à ce jour avec Hamid Karzaï qui ne semble pas maîtriser son gouvernement et son administration.  Une opportunité peut s’offrir. En effet, il semble y avoir un début de conflit pour le pouvoir entre la partie talibans autour du mollah Omar au sud du pays et les pachtouns du nord-est plus proches d’Al Quïda. L’opposition tribale reprend naturellement ses droits dans ce pays. Pourquoi ne pas mettre un coin dans la brèche et utiliser leurs faiblesses historiques ?

 

Dix soldats français sont morts ce lundi 19 août 2008 au nom de la France et 21 ont été blessés. Ils s’ajoutent aux autres militaires français et aux milliers de soldats occidentaux tombés depuis 2001. Même s’ils savaient que leur engagement au sein de l’armée pouvait leur être fatal, leur sacrifice ne doit pas être vain. Ce respect leur est dû.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Polémiques
commenter cet article

commentaires