Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 22:33

Les derniers évènements qui viennent de secouer le Modem étaient bien prévisibles et inéluctables avec les perspectives des prochaines élections sénatoriales. Toujours étiquetés UDF et malgré des critiques  de plus en plus pressantes de certains sur les orientations de François BAYROU, les sénateurs centristes étaient plus ou moins restés dans le giron du Modem.

 

Pratiquement tous élus sur des listes d’union entre l’UMP et l’UDF, le premier à quitter le navire, il y a quelques mois, fût Michel Mercier, Président de la fédération de Rhône–Alpes et trésorier du Modem/UDF lors des municipales de Lyon. Dernièrement, Jean Arthuis, Président de la Commission des Finances du Sénat prenait le relais en dénonçant la dérive « sectaire » du Modem et de son Président et demandant une réactivation de l’UDF et un choix clair sur les alliances. Fidèle à son orientation d’indépendance totale François BAYROU ne pouvait donc ne pas réagir en saisissant l’occasion de « clarifier » la situation vis-à-vis des derniers trublions selon lui téléguidés par l’Elysées et qui osaient encore se confronter à lui au sein du Modem.

 

Face à cette situation délicate qu’il a lui-même provoquée, François BAYROU se pose en victime d’un complot généralisé et en appelle aux militants. Cette posture, dans laquelle il excelle, je l’avais prédit dans un article précédent après sa défaite aux municipales de Pau. En effet, pour le moment, chef d’un mouvement pas encore structuré, Bayrou n’a pas d’autre choix que de dénoncer les « manoeuvres obscures » , de se replier sur son dernier carré, celui des militants qui sont arrivés lors des présidentielles et toujours séduits par le « ni gauche ni droite » et enfin espérer ensuite rebondir lors des prochaines élections qui lui seront un peu plus favorables (régionales et européennes) car à la proportionnelle.

 

Cette posture, je continue à la trouver suicidaire. Il faut être naïf, et FB ne l’est pas, pour croire que l’UMP ainsi que le Président lui feront le moindre cadeau. On ne peut s’afficher comme un opposant déterminé et espérer la moindre faveur. C’est la règle inéluctable et logique en politique. Il en sera de même de la part des centristes qui ne s’y retrouvent plus dans les choix électoraux du Modem. Ces derniers, aujourd’hui éparpillés dans le Nouveau Centre et autres associations de centre-droit, seront amenés à se regrouper s’ils veulent exister. Pour ma part, bien que pour l’instant toujours non encarté, j’y suis favorable.

 

L’espoir de FB pour arriver à ses fins pour 2012 reste donc le même, celui que j’ai décrit dans mon courrier adressé aux instance de l’UDF il y a maintenant 9 mois :

- l’échec de la politique gouvernemental et des réformes

- l’éclatement du parti socialiste

Avouez, que cela fait beaucoup d’aléas.

 

Et puis l’évolution dans les pays européens et dernièrement les dernières élections italiennes devraient le faire réfléchir car ce fût la confirmation du bi-partisme entre le parti de Berlusconi et le Parti Démocrate. Les 3 autres se partageant les miettes. Il reste cinq partis en Italie au lieu de 35 précédemment ! Et puis, au final, bien que dénonçant ce bi-partisme, FB veut le reconstruire. On ne l’appellera plus droite/gauche mais conservateur/démocrate, car le fondement de la démocratie, c’est d’avoir une majorité et une opposition. Ce n’est pas cela qu’il faut changer mais les rapports et la façon de travailler entre ces deux pôles.

 

Nul doute que lors du prochain Conseil National et de la consultation des militants pour « clarifier définitivement » la situation, François BAYROU obtiendra une majorité écrasante et confortera son leadership. Mais à quel prix et pour quel avenir en dehors du sien ? De plus, je ne suis pas sûr que les militants restants soient les plus enclins à se soumettre aux impératifs d’un parti. Nous le verrons  je le pense, lors de la création prochaine des instances départementales.


Les soubresauts au sein du Modem ne sont pas hélas terminés et au fond, les français s'en soucient-ils?  A l'heure de leurs difficultés quotidiennes ou des enjeux énormes qui se jouent dans le monde comme celui de la faim, du terrorisme ou de l'environnement, convoquer une conférence de presse "importante" (sic) pour finalement parler de soi et cuisine politique, a quelquechose de décalé. Alors, BAYROU le dernier des mohicans ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article

commentaires