Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 00:14

A l’approche des J.O, les bonnes âmes s’enflamment à propos de la répression chinoise au Tibet. Certaines ont le mérite de la constance et de la sincérité comme Reporters Sans Frontières. D’autres s’offusquent en  feignant de découvrir la réalité et les limites de la « démocratie » chinoise. La gauche enfin qui en profite pour fustiger l’hésitation initiale du Président et de la diplomatie française, et « les sommer » d’être plus intransigeants.


Tout d’abord, il bon de rappeler que le Tibet fait partie de la Chine communiste depuis plus de 50 ans. Ce fût par une invasion militaire des troupes de Mao au cours de la guerre avec le Kuomintang de Chang Kaï-Chek, dans un pays où le servage et l’esclavage étaient encore en vigueur. La Chine revendique le Tibet comme étant une province chinoise depuis le 12ème siècle. Toujours est-il que la France a reconnu la Chine avec ses frontières actuelles y compris le Tibet. De même qu’aucun Président de la République n’a reçu le Dalaï  Lama, par plus Mitterrand que Chirac. Enfin, aujourd’hui, la moitié de la population du Tibet est d’origine chinoise.


Dans cette affaire, l’erreur ,principale fût d’attribuer les J.O. à la Chine sans s’assurer  qu’elle mettrait en œuvre ses promesses à propos des Droits de l’Homme ne serait-ce qu’en exigeant de sa part un calendrier d’actes précis et vérifiables avec une clause de repli sur une autre ville si ceux-ci n’étaient pas vérifiables.


Mais à l’époque, peu de voix se sont exprimées, particulièrement  celles que l’on entend le plus aujourd’hui arguant du fait qu’au contraire c’était une formidable occasion de faire évoluer la démocratie et de fustiger ceux qui osaient mettre en doute la bonne foi de Pékin et de son gouvernement. On connaît la réalité. Aucune des promesses faites sur les Droits de l’Homme et la liberté d’expression n’a été tenue.


Oui, la répression chinoise au Tibet et les atteintes aux Droits de l’Homme perpétuelles dans ce pays sont insupportables et il convient de réagir. Alors, comment?


Que demande le Dalaï Lama ?
La liberté culturelle et le dialogue avec le gouvernement chinois pour tenir compte de spécificité tibétaine dans la gouvernance de cette région.  Il ne faut pas non plus écarté le fait qu’il soit débordé par une partie de la population, notamment des jeunes, plus extrémiste qui souhaitent l’indépendance et qui trouve avec les J.O. un moyen de se faire entendre.


Il convient donc de connaître la situation exacte au Tibet et la Chine doit comprendre qu’elle a plus à y gagner qu’à y perdre en laissant les frontières du Tibet se rouvrir. Que craint-elle ? D’autre manifestation dans d’autres provinces ? Aucune d’elles n’a une histoire et une culture spécifique comme le Tibet. Le gouvernement chinois au fond a peur de la démocratie à l’occidentale et de la mise à mal de son unité autour du Parti Communiste Chinois et de ses hiérarques.


Que peut-on faire ? Je crois que le boycott total des Jeux serait une absurdité. Ce serait totalement inefficace et de plus prendrait nos athlètes en otages et mettrait à mal 4 ans de leur travail et de leurs espoirs. D’ailleurs, le Dalaï Lama ne le demande pas et n’oublions pas que la présence de 25000 journalistes durant les Jeux sera plus efficace que tous les beaux discours.


Par contre  la menace du boycott de l’ouverture de Jeux par les chefs d’Etat est une pression intéressante et donc une bonne piste à suivre car les chinois sont très sensibles à leur image internationale.
Ne nous cachons pas non plus derrière notre petit doigt en évitant de parler des enjeux économiques. A l’heure de la mondialisation, ils sont présents dans toutes les discussions qui touchent à la politique étrangère. Mais justement, c’est parce que la mondialisation est là que la Chine a autant, sinon plus, à perdre que nous dans le domaine économique car sa croissance et sa richesse sont totalement basées sur l'exportation de ses produits.


Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner font ainsi la cruelle expérience de la « real-politique »  par rapport à leur discours l’un de candidat, et l’autre d’ancien créateur de Médecin Sans Frontière et ils se rendent compte que la France ne peut agir seule avec efficacité. Dès lors, je souhaite que l’Union Européenne adopte une position commune et ferme sur cette menace  de boycott de la cérémonie d’ouverture des J. O. tout en prônant le dialogue avec Pékin. Être ferme sans humilier...


La position de la France a été empreinte d’une certaine timidité au départ, pour ne pas dire plus, pour condamner la répression chinoise. Le Président et le Ministre des Affaires Etrangères ont rectifié le tir à juste titre en ne s’interdisant pas aucune décision pour la cérémonie d’ouverture. Il était temps.


Il est vrai que, quand on n’est pas aux affaires, on peut toujours exiger plus, Alain Juppé le reconnaît lui-même dans sa critique, lui qui a été Ministre des Affaires Etrangères. Quand on est un intellectuel comme BHL, on peut également exiger plus, confortablement installé dans son nid douillet du 7ème arrondissement. La gauche devra également se révéler moins hypocrite en se rappelant ses positions à propos de la Chine quand elle était au pouvoir ou quand , plus récemment Ségolène Royal faisait, lors de son voyage en Chine l’apologie de la justice de ce pays. C’était probablement de la « bravitude ».


Je voudrais terminer  ce propos en disant que la question du Tibet ne doit pas occulter en Chine la censure des médias et d’internet, les difficultés cultuelles, ni la répression pour la liberté d’expression. Peu de voix de sont élevées ces dernières heures contre la condamnation à 5 ans de prison pour « subversion » d’un jeune chinois qui avait osé demandé, sur son site internet, « Les Droits de l’Homme plutôt que les Jeux Olympiques ».

Quand la Chine s’éveillera-t-elle sur la démocratie ? Espérons que les J.O, au final, y contribuent.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Polémiques
commenter cet article

commentaires