Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 21:52

J’ai retenu ce titre de bien des journaux pour résumer la conférence de presse de Nicolas Sarkozy lors de ses vœux aux journalistes car il me semble que c’est celui qui correspond le mieux à la prestation du Président.

 

Sur la forme que dire, si ce n’était son dynamisme habituel dans ce genre d’exercice où il excelle.

 

Sur le fond, je l’ai trouvé moins convaincant, non pas dans sa volonté de faire bouger les choses mais sur la façon dont il envisage de le faire. Il y a, à mon sens un double Sarkozy, partagé entre son admiration pour le libéralisme et le fait qu’il mette l’Etat au centre de la majorité de ses décisions. C’est parfois contradictoire.

 

Je ne reviendrais pas sur les mesures annoncées, vous avez pu largement les noter dans les médias ou sur le pouvoir d'achat. La réalité est souvent plus dure qu'on ne le pense, tout Président de la République que l'on est. Par contre, j’aborderais les deux points sur lesquels j’attendais des précisions.

 

Le premier touche à la place de la laïcité dans la République. Il n’en a pas parlé mais s’est un peu rattrapé quelques jours après lors de ses vœux aux corps de l’Etat en précisant ce que devrait le rôle du service public et ses obligations. La laïcité en est une. Pour autant ce fût bref et ne m’a pas définitivement rassuré. Cela méritera quelques paroles complémentaires.

 

Le deuxième est relatif à cette fameuse « politique de civilisation ». Son approche m’a plutôt plu car elle est positive en la confortant par un autre critère : celui du respect et de l’acceptation des autres par la « diversité de la société française ». Quoi de plus normal que d’avoir une conception française du « vivre ensemble » en se référant à nos racines et à des valeurs, tout en s’enrichissant de la culture des autres,  et qui a fait que la France a été tout au long de son histoire une référence dans le monde par les idées qu’elle a véhiculé. Les américains, dernièrement dans leurs médias, se demandaient où étaient passés nos intellectuels et le message universel de la France.

 

Vouloir renouer avec cette tradition n’est pas pour me déplaire tout en ayant une action pragmatique dans le domaine économique de la mondialisation. Sarkozy, l’anti soixante-huitard pendant sa campagne, va-t-il nous surprendre au fil du temps. A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Polémiques
commenter cet article

commentaires