Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 22:14

Avec la création du Modem, Bayrou a entamé sa longue marche vers 2012. Il a ce dont il rêvait depuis longtemps, et ne s’en cache pas, « son » parti entièrement dévoué à sa personne, à ses idées, à ses ambitions et qu’il pourra contrôler. 


Pour s'en convaincre, il suffit de voir  la façon dont  il n’a laissé le soin à personne de mener les débats pour répondre aux demandes d’amendements en vue de l’adoption définitive des statuts. Je ne suis pas sûr que certains nouveaux militants apprécient au fil de l’expérience, surtout quand on note la quasi totalité d’ex-UDF dans le Comité Exécutif, lequel décide en fait de tout. Démocratie, démocratie… Il n’y a guère de différence par rapport au fonctionnement de l’UDF. L’hypocrisie est de vouloir le faire croire. Mais pouvait-il en être autrement ?

Enfin, je n’ai pas apprécié « cette langue de bois » sur le désintéressement des politiques qui composent cet exécutif. Pour bien connaître "le système", j’ai failli en rire. Il n’y a pas de honte à avoir de l’ambition, il faut l’assumer, simplement.

 

Pour autant, le Congrès fondateur du Modem a été indéniablement un succès militant et dans son discours de clôture François BAYROU a su, comme d’habitude, trouver les mots qui fédèrent les oppositions diverses que constitue le Modem.

Clin d’œil aux gaullistes en parlant de « résistance » face à « l’américanisation » du pouvoir et en faisant référence au lâchage en 1951 de ses députés, élus sur son nom.

Clin d’œil aux socialistes et à la gauche en dénonçant le pouvoir et son rapport avec « l’argent ».

Clin d’œil aux écologistes avec la définition d’une croissance « durable »

Clin d’œil à son électorat historique en valorisant l’Europe, seule entité à pouvoir nous défendre dans l’univers sauvage de la mondialisation ou en défendant les valeurs traditionnelle de notre civilisation chrétienne comme le repos dominical.

 

De son discours, je partage ses remarques sur l’équilibre nécessaire des institutions, la responsabilité individuelle au service de la responsabilité collective, le recours perpétuel à l’état providence, un meilleur équilibre entre le revenu du capital et le revenu salarial et enfin sur l’Europe.  On peut reprocher au pouvoir un certain nombre d’erreurs, mais je commence à me lasser de la dénonciation du pouvoir médiatique, d’un brin de caricature du président et son américanisme, comme je me lasse également de cette dénonciation exagérée de l’argent. Attention, les français commencent à être plus pragmatiques qu’on ne le croit. Être agrégé de Lettres et issu de la France traditionnelle n’autorise pas de s’ériger en donneur de leçons perpétuel.

 

Est-ce que tout cela fait une ligne politique claire aux yeux des français ? C’est à mon avis le grand défi de François BAYROU.

 

Dans l’immédiat avec les municipales et les cantonales qui s’avèrent difficiles, il vaudra convaincre les électeurs que l’on peut avoir des alliances à géométrie variable et que ces alliances ne soient pas ressenties comme de la pure politique « politicienne ». Il faut également savoir que les élus municipaux conditionnent principalement l’élection des sénateurs. Si les résultas sont très mauvais, il n’est pas certain que ceux qui sont restés fidèles au Modem le restent très longtemps s’ils veulent se faire réélire.
 

A moyen terme, le Modem devra établir un vrai projet pour 2012 en conciliant la diversité de ses militants mais aussi avec l’évolution du paysage politique que Nicolas SARKOZY a profondément transformé par son élection et son « ouverture ». Il lui faudra pour le moins patienter jusqu’aux élections européennes et régionales en 2009 qui sont basées sur la proportionnelle et qui sera susceptible de lui « redonner un peu d’air » et d'assise électorale. Pour son projet politique, il lui faudra effacer quelques contradictions apparues dans le discours de François BAYROU, par exemple en faisant en même temps l’éloge de la responsabilité individuelle ou la dénonciation du recours perpétuel à l’Etat et les références  à un économiste de gauche Thomas PIKETTI qui a participé au programme économique du PS dont il a dénoncé l’irréalisme durant la compagne électorale. Le Modem devra aussi intégrer les conséquences des réformes qui ne manqueront pas d'avoir lieu d'ici 2012 et l'évolution de la société qui est souvent plus en avance que les politiques.

 

François BAYROU continue de dénoncer l’archaïsme du traditionnel « gauche/droite » actuel. Il a raison. Mais si sa démarche aboutit, la bipolarisation de la classe politique réapparaitra sous une autre forme. Cela ne s’appellera plus « gauche/droite », mais « parti démocrate ou social-démocrate » face à un parti « libéral ou républicain ou conservateur », je laisse le choix de la dénomination. Ce dernier a et aura un leader en la personne de Nicolas SARKOZY. Face à lui la course est engagée désormais entre le parti socialiste et François BAYROU, ce dernier possédant pour l'instant une longueur d’avance vu l’état de délabrement du PS et les luttes intestines qui s’y poursuivent. Mais attention, le PS a une histoire et des élus locaux solidement implantés.

 

En conclusion, François BAYROU  et le Modem tablent sur le long terme et l’horizon 2012. Je considère que la réussite de FB passe par le fait qu’il devienne aux yeux des français le dirigeant capable de s’opposer et d’être une alternative à Nicolas SARKOZY. C’est conditionné par  la déception d’une partie des électeurs du président et de son échec, mais surtout par l’éclatement du parti socialiste. Cela fait beaucoup de si….


En attendant, le monde bouge et  la France, les inquiétudes des français et les réformes ne peuvent attendre 2012.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Modem national
commenter cet article

commentaires

HP 26/12/2007 14:55

"François BAYROU continue de dénoncer l’archaïsme du traditionnel « gauche/droite » actuel. Il a raison. Mais si sa démarche aboutit, la bipolarisation de la classe politique réapparaitra sous une autre forme. Cela ne s’appellera plus « gauche/droite », mais « parti démocrate ou social-démocrate » face à un parti « libéral ou républicain ou conservateur », je laisse le choix de la dénomination. Ce dernier a et aura un leader en la personne de Nicolas SARKOZY. Face à lui la course est engagée désormais entre le parti socialiste et François BAYROU, ce dernier possédant pour l'instant une longueur d’avance vu l’état de délabrement du PS et les luttes intestines qui s’y poursuivent. Mais attention, le PS a une histoire et des élus locaux solidement implantés. "

Je suis en partie en accord d'accord sur cette analyse, pour autant, avez vous des pistes de reflexions pour faire bouger le systeme.

Comme vous le savez sur Ozoir nous essayons de faire une vraie ouverture et nous la faisons. Les partis politique en place ne se privent pas d'essayer de nous décourager..
Comment conseillerez vous, un groupe de femmes et d'hommes honnetes, engagés au Modem, à l'ecoute de l'expérience, pour evoluer de manière positive dans ce monde politique.

Cordialement
HP

Danièle 06/12/2007 19:11

Cher Jeff,

J'ai bien lu votre réponse et vous en remercie. Vous avez certainement raison sur le fait que tous les UDF ne sont pas âgés, mais statistiquement, c'est le cas, cela a été assez publié dans les différents media et est facilement contrôlable.

Le problème dans un mouvement ou une entreprise, c'est que ce sont les entrants, les yeux neufs qui voient certaines choses qui frappent aux yeux. Ceux qui sont "dans le bain" ne le voient plus.

C'est comme lorsqu'on entre pour la première fois dans un appartement, quand on est invité. Il y a des détails qui sautent aux yeux au nouvel arrivant. L'habitant ne les voit plus car il y est habitué. C'est un peu ainsi avec l'UDF, les gens qui étaient dedans ne voyaient plus ce qui frappait ceux qui étaient à l'extérieur et l'observaient.


Eh puis, il suffisait d'écouter les réactions des gens sur le terrain. J'ai tracté pour F. Bayrou pendant les présidentielles, sur les marchés, etc... Et que n'ai-je pas entendu sur l'UDF !!! Il faut regarder les choses en face. Ce sigle sentait tout simplement le vieux. Il rappelait trop Giscard, tous les reniements, etc...

Pour le bcbg, je vais vous montrer que c'est aussi le cas, l'UDF n'a jamais eu d'assise ni d'électeurs dans le milieu ouvrier.

Je vais vous raconter une expérience vécue. J'ai assisté au meeting de F. Bayrou le 12 février à Strasbourg. Mon premier contact avec l'UDF organisatrice. Habitant assez loin, je suis arrivée avec une heure d'avance et ai observé les membres de l'UDF qui préparaient la salle. Beaucoup étaient venus de Paris, d'autres étaient du coin, jeunes et moins jeunes. Mais ils étaient tous pareils. Bcbg, tous le même style de vêtements, d'attitudes. J'avais l'impression d'être chez les scouts, tous souriants et sympas.

J'ai eu peur d'être tombée dans une secte. Ils étaient tous dans le même style, aucune diversité comme l'est la France.

Eh puis, les gens sont arrivés pour le meeting, la foule a grossi de plus en plus. Je les observais tous. Et là, j'ai été rassurée. Beaucoup de jeunes, une majorité, des gens de toutes les couches sociales, habillés tous différemment, tous les styles.

Et je me suis dit que F. Bayrou avait réussi ce que l'UDF n'avait jamais su faire: Parler au coeur de la France, attirer les gens de toutes sortes, de tous horizons.

Peut-être comprendrez-vous mieux ce que je voulais dire et que vous avez pris pour une caricature.

Leris 05/12/2007 19:03

Je lis encore une fois, avec passion, votre entrée de blog. J'ai lu toujours avec passion vos entrées, et j'attendais, je dois le dire, celle sur le Congrès du Mouvement Démocrate. Je partage - pas partout - votre analyse, notamment le projet et les ralliements:

1) Bayrou se place en un nouveau de Gaulle. Contrairement à Sarkozy qui, se réclamant du gaullisme, lâche profondément les valeurs dont il se réclame, Bayrou n'a pas hésité à assimiler l'Europe comme le seul projet capable de faire barrière aux Etats-Unis et au "modèle dominant". Néanmoins, qui sont encore les gaullistes? Est-ce que ce sont les UMP qui grincent des dents de l'arrivée des Morin et autres Bockel? Ou bien les Villepin & Co. qui critiquent le gouvernement?

2) Si Bayrou tente le tout pour le tout en appelant les forces intelligentes du PS (sous entendu les camarades de Strauss-Kahn...), il fait le pari de l'implosion du pS. Actuellement, il est en effet vu comme le seul opposant à Sarkozy capable d'émettre des idées nouvelles en matière d'économie et de politiques sociale/nationale/internationale.

3) Néanmoins, Bayrou souffre d'un déficit de communication. Les médias continuent de réflechir selon le clivage droite-gauche en ignorant - délibérément ou non, je n'en sais rien - la parole de Bayrou sur les sujets principaux.

4) Le projet municipal semble être en mauvaise voie dans les communes de faibles habitants. Par contre, dans les communes peuplées, d'après ce que je peux en lire dans les journeaux, il y a de l'espoir: Saint-Etienne avec Lartigues, Bordeaux (même si on parle d'une liste avec Juppé), Lyon, Pau (!!), Nanterre, les maires sortants des communes du 95 (voir site du MoDem). Pas Paris par contre :ss

Gerard Jeffray 05/12/2007 15:07

PS pour Danièle.. Non , je n'ai pas vos ccordonnées.
Bien à vous

Gerard Jeffray 05/12/2007 14:52

Chère Danièle,
Bigre !! Quelle caricature sur ce que pouvait être l'UDF.
A vous entendre,l'UDF, ce n'était que des vieux ronchons, pire même bcbg ( qualificatif rétrograde suprême) qui n'ont jamais rien compris et dépassés (vue l'âge canonique de ses militants) par l'évolution de la société et de la politique.
Que vous dire sur ces idées reçues.. Que l'on peut être jeune par l'âge et vieux dans sa tête ou l'inverse.
Que la caricature n'a jamais été un jugement de valeur qui prépare l'avenir
Que si je me permets de critiquer l'évolution du Modem, c'est parce que j'ai participé activement à la campagne de FB, aux législatives et que j'ai favorisé sur mon secteur comme responsable UDF de ma circonscription à se faire rencontrer les adhérents du Modem (petit barbecue sympa chez moi) et qui étaient complètement perdus et laissés à l'abandon de mai jusqu'à Seignosses.
Que le clivage "gauche/droite" que je condamne dans sa compréhension actuelle sera remplacé par d'autres clivages sur d'autres idées.
Vous devriez donc me lire plus attentivement et éviter de porter des jugement à l'emporte- pièce. Je vous ferais d'ailleurs remarquer que mes propos sont d'une "douceur" remarquable comparés à certains commentaires de nouveaux adhérents dans le blog e-soutiens.
Mais au fond, tout cela est bien logique quand on se lance dans une telle aventure et je ne vous reprocherais jamais votre passion, votre volonté de faire bouger les choses bien au contraire car c'est ce qui m'a conditionné depuis ma jeunesse et qui continue. J'ai simplement un peu d'expérience (Oh ! Le vilain mot !)sur la façon dont fonctionne un mouvement politique et sur les femmes et les hommes qui le dirige parce que je les connais.
Et je n'ai qu'un souhait sincère, que vous ne soyez pas déçu.
Canoniquement votre.