Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 16:44

« Les Français risquent d’être déçus ». C’est ce que l’on pouvait entendre de la part d’un certain nombre de commentateurs au lendemain des déclarations du Président de la République.


Pour ma part, je n’y suis pas, car je n’attendais rien. On ne distribue que ce que l’on a et Nicolas SARKOZY l’a dit : «  les caisses sont vides ». On peut regretter que les mesures fiscales (notamment le bouclier fiscal) du mois de juillet aient privé le Président du moindre petit geste symbolique. Les Français jugeront mais l’essentiel n’est pas là.


Pour ma part, il importe plus que les français comprennent enfin que le pouvoir d’achat ne peut se distribuer que s’il y a de la croissance et que cette croissance ne s’obtient qu’en travaillant plus, pas forcement individuellement, mais globalement. Or, en Europe,  si la France est performante en terme de compétitivité, elle est lanterne rouge pour le nombre d’heures travaillées totales en rapport à sa population. Les causes en sont connues : chômage des jeunes plus élevés qu'ailleurs et des seniors qui s’arrêtent de travailler trop tôt. Là, les mesures à prendre ne seront efficaces hélas qu’à long terme.


Dans l’immédiat, en prenant des mesures « raisonnables » selon François BAYROU » comme les possibilités d’assouplissement des 35 h, de rachat de RTT, d’une prime salariale défiscalisée dans les PMI/PME de moins de 50 salariés , distribution anticipée de la participation, etc…,  Nicolas SARKOZY va essayer de dynamiser la consommation (politique de la demande), premier pilier de la croissance, mais avec le risque d’achat de produits importés qui vont aggraver la balance commerciale déjà largement déficitaire. Et puis finalement, ce sont les entreprises qui décideront en fonction de leur carnet de commandes et de leur trésorerie de ce qu’elles peuvent faire. Pour les fonctionnaires, il dépendra des finances de l’Etat, des collectivités locales ou des hôpitaux. Dur, dur….

C’est pour cela que, personnellement, je regrette qu’en parallèle, le président n’ait pas engagé un début de politique de l’offre en terme économique ou de logement, budget premier des français. Peut-être attend-t-il les conclusions de la commission Attali en la matière.

 

La croissance ne se décrète pas. On peut la favoriser, mais c’est toujours du moyen ou long terme. La distribution du pouvoir d’achat vient ensuite…. Mais ça urge, Monsieur le Président !!

Partager cet article

Repost 0
Published by jeff77 - dans Société
commenter cet article

commentaires